Vous êtes ici

  • Augmenter
  • Diminuer

Current Size: 100%

Théâtre
Mercredi 28 novembre > 20h15

FRANÇOIS CERVANTES

Prison Possession

 

Seul le visage de François Cervantes, éclairé d’une mince lumière, distille les mots distendus, sobres et parfois percutants, nés de l’histoire peu ordinaire d’une relation épistolaire : celle d’un temps suspendu, volé à la réalité, entre le metteur en scène et des détenus. Entre le comédien, voyageur libre, et des prisonniers esseulés dans l’isolement d’une geôle.
Parmi eux, Erik Ferdinand, réelle figure du grand banditisme, se livre et se dévoile par l’entremise des lettres échangées.

Une correspondance pour dire l’enfermement, l’isolement, la paralysie de l’imaginaire, la réclusion et le « besoin de s’évader dans le texte ». Il n’est pas question de vilipender ou d’excuser cette situation, mais au contraire d’en exposer le présent, trouver un langage approprié pour traduire cette distance entre le théâtre, lieu d’introspection et de liberté, et la cellule de prison, lieu d’entrave et de captivité.

 

  « La prison coupe les liens qui reliaient un individu aux autres et au monde. Je retrouve le rythme oublié du courrier, la circulation des enveloppes, les timbres, la découverte des écritures tracées à la main. Cet espace entre deux personnes, immobiles, une lettre à la main, devient vibrant. » François Cervantes

 

 

Bord plateau : rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation

 

 

 

Conception & jeu : François Cervantes
Assisté de : Catherine Germain, Xavier Brousse
À partir d’une correspondance avec : Erik Ferdinand
Regards extérieurs : Georges Appaix, Stéphan Pastor
Son, lumière & régie générale : Xavier Brousse
Scénographie : Harel Luz
Dispositif lumière : Le nomade village

Production

Production : L’Entreprise
Coproduction : Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, Théâtre de Cavaillon, Scène nationale.
Partenaires de production : Friche la Belle de Mai, la direction de la culture et les services de la prévention du conseil régional PACA, la direction interrégionale des services pénitentiaires de Marseille, le service pénitentiaire d’insertion et de probation -SPIP- du Vaucluse, le centre pénitentiaire du Pontet, l’association d’aide aux détenus – AESAD 84, La Non Maison.
Création avril 2014 au Théâtre des Halles, Avignon.

50’

Représentation à la Maison d’arrêt de Gradignan, le mardi 27 novembre, en partenariat avec le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP) et l’association des visiteurs de prison.

Tarifs : Loc A : 20 € | Loc B : 16 € | Loc C : 12 € | Loc D : 8 € 
Abt : 16 €

  On    ne    décroche    pas.    La    voix    très    douce,    l’expression    apaisée    du    comédien-auteur- metteur    en    scène    aux    cheveux    blancs    et    à    la    petite    barbe    nous    captivent.    Il    nous    raconte    son    échange    de    lettres    avec    un    prisonnier.    Pas    n’importe    lequel    :    Erik    Ferdinand,    figure    réelle    du    grand    banditisme,    connu    pour    une    évasion    en    hélico.    Ici,    rien    de    spectaculaire    :    juste    des    mots    simples    pour    dire    comment    la    prison    «    paralyse    l’imagination    »,    les    dégâts    d’un    an    à    l’isolement    et    le    «    besoin    de    s’évader    dans    le    texte    là    où    plus    personne    en    viendra    [le]    chercher    ».
Le    Canard    Enchaîné | Mathieu Perez  

 

" Entre    l’homme    de    mots    et    le    prisonnier    qui    songe    à    s’évader,    un    lien    se    tisse,    unique.    Une    histoire    vraie    et    un    très    beau    texte    sur    la    relation    épistolaire    avec    un    inconnu,    la    force    de    l’imaginaire,    le    lien    au    monde,    l’évasion    dans    l’écriture."
 Le    JDD.fr    |    Annie    Chénieux 

 

" Rares    sont    ceux    qui    portent    haut    cet    exercice    solitaire    du    «    seul    en    scène    ».     C’est    le    cas    de    François    Cervantes.        Il    nous    parle    doucement,    sans    accent    particulier,    si    ce    n’est    ici    et    là,    une    façon    d’assouplir    la    phrase,    comme    pour    décontracter    l’attention    avant    qu’elle    ne    retrouve    la    ligne    de    sa    concentration.    Le    silence    du    public    est    impressionnant.    L’écoute,    totale.    C’est    plus    sûrement    une    amitié    épistolaire,    c’est    avant    tout    une    introspection,    un    voyage    intérieur    extraordinaire.    François    Cervantes    écrit    à    Erik    qu’il    est    devant    les    spectateurs    et    qu’il    est    en    train    de    leur    raconter    l’isolement    qui    est    le    sien.    Alors    Erik,    écrit    une    lettre    qu’il    adresse    aux    spectateurs.    Le    spectacle    touche    au    vertige,    il    devient    comme    un    roulis    entre    les    mots    de    ces    deux    êtres. "      
 Mediapart    |Jean-Pierre    Thibaudat    -    Blog    balagan        

 " François    Cervantes    porte    magistralement    sur    scène    ce    récit    qui    nous    parvient    d’une    grande    limpidité.    Il    signe    un    chef-d’œuvre    et    on    sort    de    son    spectacle    les    yeux    humides    devant    tant    de    beauté."
Un    fauteuil    pour    l’orchestre    |    Jean    Hostache

 

" François    dispense    patiemment    la    parole    réfléchie    et    distante    du    détenu    Erik    –    l’expression    d’une    sensibilité    à    fleur    de    peau,    une    clarté    éloquente,    l’instinct    de    la    présence    de    l’autre    avec    qui    pouvoir    échanger,    en    toute    liberté,    gratuité    et    bonté.    Un    spectacle    tendu    de    sincérité    pour    un    échange    avec    l’autre    qui    est    soi-même. "
Hottello    |    Véronique    Hotte   

 

 " Une    pièce    fascinante    et    humaniste,    d’une    décence    poignante,    qui    sans    jamais    excuser    ou    victimiser,    redonne    du    lien    et    un    espoir    de    dignité    à    un    être    humain    exclu    de    la    société. "
Zibeline    |    Delphine    Michelangeli