Vous êtes ici

  • Augmenter
  • Diminuer

Current Size: 100%

Musique
Mardi 11 avril > 20h15

Duo Metanuits & Quatuor Ixi

Duo Metanuits

Émile Parisien, saxophone -Ÿ Roberto Negro, piano

Les Métanuits est une adaptation ouverte pour saxophone et piano du premier quatuor à cordes de Györgi Ligeti Les Métamorphoses nocturnes.

Rencontre musicale avec les artistes chaque jour à 12h30 à la Machine à Musique - 13/15 rue du Parlement Sainte Catherine à Bordeaux.

Cette oeuvre nouvelle est le résultat d’un formidable travail de réécriture, de balisage et d’improvisation, habité par cet esprit visionnaire et facétieux qui caractérise le travail de Roberto Negro et la générosité exigeante d’Emile Parisien.
Travail formidable et rendu à l’avenant, rendu de la partition originale, certes réinventée, mais avec une forme de fidélité à ces “métamorphoses nocturnes”, à leur mystère, leur élan dynamique, leur lyrisme puissant, leurs textures rythmiques et timbrales, qui voient tantôt le soprano s’élever au dessus de la matière foisonnante fournie par le piano, parfois préparé, ou à ses ostinatos, ou s’y glisser de manière fuguée jusqu’à cette utilisation subite par le pianiste d’un arérosol pour répondre aux effets de souffle du saxophone.

Franck Bergerot, Jazz Magazine

Quatuor Ixi

Régis Huby & Théo Ceccaldi, violons Ÿ - Guillaume Roy, alto Ÿ - Atsushi Sakai, cello

Le quatuor IXI dans ses oeuvres, ça tient du miracle. Signées Guillaume Roy, Régis Huby ou Atsushi Sakai, ces « pièces » pour quatuor semblent provenir d’une source commune sinon unique, elles réfèrent à toute l’histoire du quatuor à cordes, et chacun y trouve ce qu’il en sait.

Moi, c’était plutôt (et en même temps) Chausson, Shostakovitch, Prokofiev, voire Stravinsky.
Une heure de musique parfois tendue, douloureuse(Huby), plus marquée rythmiquement chez Roy, tendre, rhapsodique, dansante, sauvage, emportée. On pense aussi à Schoenberg.
Les titres sont beaux : La Nuit Étoilée, le Cri, Best Of Tomorrow. Hommages à la peinture de Pollock, Munch ou Van Gogh. Quand on apprend que tout cela est en assez grande partie improvisé, on ne veut pas le croire. Comment font-ils pour partir d’une base écrite, jouer ensemble avec ce son uni, celui d’un quatuor, mais inventer chacun à leur place une parole singulière ? On n’entend pas une faute, ni de grammaire, ni de style. C’est suprêmement beau, réussi, parfait.

Philippe Méziat, Jazz Magazine

1h40

Tarifs : Loc A : 22 € | Loc B : 17 € | Loc C : 8 € 
Abt A : 16 € | Abt B : 12 €